Aller au contenu
Accueil » L’utilisation des neurosciences dans la formation pour favoriser l’apprentissage

L’utilisation des neurosciences dans la formation pour favoriser l’apprentissage

Les neurosciences désignent les études scientifiques des mécanismes cérébraux, responsables de la coordination des actions avec l’environnement et de la communication entre les différentes parties du corps. Elles s’intéressent aux informations reçues sur les fonctions cognitives liées à l’apprentissage (perception, attention, mémorisation) pour adapter les pratiques. Le but est de trouver des moyens pour stimuler le processus grâce à des sciences cognitives telles que la psychologie, la linguistique et l’intelligence artificielle. Afin que l’apprenant puisse améliorer ses compétences à son niveau optimal.

Neurosciences

Photo by Robina Weermeijer on Unsplash

Maintenir l’attention et la concentration grâce aux neurosciences

Pour qu’une formation soit réussie, il faut parvenir à mobiliser de façon durable et efficace l’attention des apprenants. Il a été prouvé par les recherches de la neuroscience que le cerveau n’est capable de se concentrer que sur une courte durée, environ 15 minutes pour un adulte. La formation doit donc être basée sur un modèle avec une répétition de courtes séquences alternant la théorie et la pratique, entrecoupées par des pauses régulières. Il faut également répondre aux besoins physiologiques du corps en s’assurant de respecter l’alimentation, l’hydratation et l’aération de l’espace d’apprentissage.

Pour captiver l’attention, il faut utiliser la stimulation des sens et des émotions. Nos sens saisissent dans un premier temps les informations avant de les transmettre à notre cerveau. Pour favoriser la concentration sur la durée, il faut solliciter les sens de la bonne manière. Il faut encourager les émotions positives qui ont un impact sur nos fonctions cognitives. Pour ce faire, on peut utiliser différents outils : l’humour, la gamification, le Storytelling.

Nous avons une capacité limitée à capter l’information. Cela se voit avec la courbe de l’attention qui chute après environ 15 minutes. Pour maintenir l’attention et la concentration, il faut interagir, faire participer et utiliser les émotions. Cette courbe démontre bien qu’une formation sur une journée entière n’est pas optimale pour l’apprenant et la rétention de la connaissance.

Favoriser la motivation et l’engagement avec l'utilisation des neurosciences

Les neurosciences ont prouvé que l’apprentissage augmente le niveau de dopamine, un neurotransmetteur clé du cerveau qui favorise l’attention, la motivation et l’ancrage mémoriel. Il est donc primordial, durant une formation, d’activer le circuit de récompense et de plaisir via les émotions. Il va inciter le stagiaire à reproduire l’action à l’origine de la récompense. Dans ce cas, garder la motivation intacte pour l’apprentissage.

Pour maintenir la motivation, il faut faire régner une atmosphère positive et éviter les situations de stress. Pour cela, l’erreur doit être présentée comme une étape banale dans le processus d’apprentissage et elle ne doit pas être stigmatisée. L’apprenant doit se sentir en compétition avec lui-même et pas avec les autres.

L’effet de surprise démultiplie l’impact de l’information délivrée, surtout lors d’une formation en groupe. Il est important de l’utiliser pour avoir un impact sur la motivation générale du groupe. La motivation nécessaire pour fournir les efforts de concentration doit être acceptable, et pour cela, il faut que la formation procure du plaisir. La neuroscience explique que le cerveau humain va toujours privilégier le plaisir et éviter la douleur.

La valorisation du travail des apprenants par la récompense, l’humour et la gamification rétablissent l’équilibre entre l’effort et le plaisir. Le cerveau détestant l’ennui, il va sans cesse vouloir de l’action. Les énigmes, le questionnement et les études de cas peuvent être des sources de plaisir et de motivation à apprendre.

Renforcer la mémorisation de la connaissance

Pour une mémorisation optimale, dans un premier temps, il est préférable d’espacer les sessions d’apprentissage. Il faut également mettre en place la reformulation et la répétition qui est un outil efficace pour ancrer l’information chez les apprenants. Enfin, comme expliqué précédemment, les émotions vont jouer un rôle primordial dans la rétention de la connaissance.


L’utilisation des différents sens est également un facteur important, il faut privilégier la diversité : les textes, les vidéos, les audios, les illustrations. La pyramide de l’apprentissage montre que les différents types d’activités pédagogiques ont chacune un degré de rétention des informations différentes. On constate que l’apprentissage ne doit pas passer qu’un apprentissage vertical, mais également par des échanges qui facilitent la mémorisation des informations et l’implication. La répétition des informations espacée dans le temps permet d’ancrer l’information de manière plus durable sur le long terme.

Par Régis Meyer | 23 novembre 2022 | English World

4 commentaires sur “L’utilisation des neurosciences dans la formation pour favoriser l’apprentissage”

  1. Retour de ping : Les neurosciences et la formation | Innovation ...

  2. Retour de ping : Les neurosciences et la formation | Multimodali...

  3. Retour de ping : Les neurosciences et la formation | Vu sur le W...

  4. Retour de ping : Les neurosciences et la formation | CFA SAT Nor...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *